Carlos Mataix, professeure à l’Université Polytechnique de Madrid a présenté le 4ème monographique de la revue « Diecisiete », de laquelle il est directeur. Dans ce numéro de Magazine, questions relatives à l’éthique et à la révolution digitale sont présentés.

Les différent experts et autours qui sont présentes dans ce numéro de la revue, concentre ses analyses sur matières très différents, comme l’éthique et le droit dans la révolution digitale, les conséquences environnementales de la digitalisation, l’intégration de l’agenda 2030 dans le processus digital, la digitalisation dans la politique extérieure, dans l’area de l’éducation, de la santé, des ONG ou dans le monde de l’ingénierie.

La première partie de la présentation, a été modérée par Jesús Salgado, éditeur de la revue et professeur à l’UPM. Txetsu Ausin, directeur du Groupe d’Éthique Applique au CSIC et Margarita Robles, professeure de Droit International Publique à l’UGR ont participé dans cette première partie. Ils sont les autours de l’article « Panorama » qu’est inclus dans ce numéro. Dans cet article, diffèrent problèmes sont adressés en rapport à la digitalisation et aux paramètres éthiques de la révolution technologique. L’une de ces problèmes est l’absence de considération éthique dans le processus de digitalisation et la sursaturation de la digitalisation. Andrés Ortega, directeur de l’Observatoire d’Idées et Investigateur dans Elcano Institute, a souligné la nécessité d’intégrer la digitalisation dans les politiques du développement durable, en même temps que la nécessité d’alphabétisation digital pour le peuple.

Celia Fernández, professeur à l’UPM et éditeur du numéro, a modéré la deuxième partie de la présentation. Cette partie s’agit de thèmes concernant au fossé technologique. Ángel Gómez, Colonel des Forces aériennes espagnoles et analyste géopolitique dans le Ministère de Défense, a présenté nouvelles approches éthiques et le besoin de régulation dans le processus de digitalisation. D’un point de vue éducationnel, Ángeles Manjarres, Investigateur au Département d’Intelligence Artificielle à l’UNED, a posé certains problèmes qui existent dans les différents contextes des pays à faible revenu et des inégalités éducatives.

Victor Giménez, Directeur de la transformation digitale chez Acción contra el Hambre, a également souligné la nécessité d’un changement culturel pour l’innovation digitale. Il a expliqué la façon dont son organisation optimise son travail ainsi que l’alignement sur la digitalisation ; par exemple l’automatisation de temps ou les modèles prédictifs, en promouvant l’objectif de mettre fin à la faim. D’autre part, María Luz Cruz Aparicio, responsable de la gestion de l’innovation chez Iberdrola, a expliqué comment la digitalisation est utilisée dans les projets d’énergie renouvelable tels que les centrales photovoltaïques, dans le domaine de l’intelligence artificielle pour le réseau électrique ou la maintenance des centrales électriques.

Carolina Sánchez Caminal